Rédacteur Concours

photodune-2043745-college-student-s

 

Décrets

Le statut particulier du cadre d'emplois des rédacteurs territoriaux est fixé par le Décret n° 2012-924 du 30 juillet 2012.

Les modalités d'organisation des concours pour le recrutement des rédacteurs territoriaux sont prévues par le Décret n° 2012-942 du 1er aout 2012.

Les dispositions statutaires communes à divers cadres d’emplois de fonctionnaires de catégorie B de la Fonction Publique Territoriale sont prévues par le Décret n° 2010-329 du 22 mars 2010.

 

Missions du cadre d'emploi

Les rédacteurs territoriaux constituent un cadre d’emplois administratif de catégorie B. Ce cadre d’emplois comprend les grades de rédacteur, de rédacteur principal de 2ème classe et de rédacteur principal de 1ère classe.

Les rédacteurs territoriaux sont chargés de fonctions administratives d’application. Ils assurent en particulier des tâches de gestion administrative, budgétaire et comptable, et participent à la rédaction des actes juridiques. Ils contribuent à l’élaboration et à la réalisation des actions de communication, d’animation et de développement économique, social, culturel et sportif de la collectivité.

Les rédacteurs peuvent se voir confier des fonctions d’encadrement des agents d’exécution. Ils peuvent être chargés des fonctions d’assistant de direction ainsi que de celles de secrétaire de mairie d’une commune de moins de 2 000 habitants.

 

Conditions d'accès

Le recrutement intervient après inscription sur la liste d’aptitude des candidats déclarés admis :

1°) à un concours externe ouvert aux candidats titulaires d’un baccalauréat de l’enseignement secondaire ou d’un diplôme homologué au niveau IV, ou d’une qualification reconnue comme équivalente dans les conditions fixées par le décret n° 2007-196 du 13 février 2007,

2°) à un concours interne ouvert aux fonctionnaires et agents publics des collectivités territoriales, de l’Etat, des établissements publics qui en dépendent, y compris ceux mentionnés à l’article 2 de la loi n°86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière, aux militaires ainsi qu’aux agents en fonction dans une organisation internationale intergouvernementale à la date de clôture des inscriptions, comptant au moins quatre ans de services publics au 1er janvier de l’année au titre de laquelle le concours est organisé.

Ce concours est également ouvert aux candidats justifiant de quatre ans de services auprès d’une administration, un organisme ou un établissement d'un Etat membre de la Communauté européenne ou d'un Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen autres que la France dont les missions sont comparables à celles des administrations et des établissements publics dans lesquels les fonctionnaires civils mentionnés à l'article 2 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 exercent leurs fonctions, et qui ont, le cas échéant, reçu dans l'un de ces Etats une formation équivalente à celle requise par les statuts particuliers pour l'accès aux cadres d'emplois considérés.

3°) à un troisième concours ouvert aux candidats justifiant de l’exercice, pendant une durée de quatre ans au moins, d'une ou de plusieurs activités professionnelles, quelle qu'en soit la nature, d'un ou de plusieurs mandats de membre d'une assemblée élue d'une collectivité territoriale ou d'une ou de plusieurs activités en qualité de responsable, y compris bénévole, d'une association.
La durée de ces activités ou mandats ne peut être prise en compte que si les intéressés n'avaient pas, lorsqu'ils les exerçaient, la qualité de fonctionnaire, de magistrat, de militaire ou d'agent public.
Toutefois, cette règle ne fait pas obstacle à ce que les activités syndicales des candidats soumis à l'article 23 bis de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires soient prises en compte pour l'accès à ces concours.
La durée du contrat d'apprentissage et celle du contrat de professionnalisation sont décomptées dans le calcul de la durée d'activité professionnelle exigée.

 

Les épreuves

CONCOURS EXTERNE

A - Les épreuves d’admissibilité

1°) La rédaction d’une note à partir des éléments d’un dossier portant sur des notions générales relatives aux missions, compétences et moyens d’action des collectivités territoriales.

(durée : 3 heures ; coefficient 1)

2°) Des réponses à une série de questions portant, au choix du candidat lors de son inscription, sur l’un des domaines suivants :

a) Les finances, les budgets et l’intervention économique des collectivités territoriales ;
b) Le droit public en relation avec les missions des collectivités territoriales ;
c) L’action sanitaire et sociale des collectivités territoriales ;
d) Le droit civil en relation avec les missions des collectivités territoriales.

(durée 3 heures ; coefficient 1).

B - L'épreuve d’admission

1°) Un entretien ayant pour point de départ un exposé du candidat sur sa formation et son projet professionnel et permettant au jury d’apprécier sa capacité à s’intégrer dans l’environnement professionnel au sein duquel il est appelé à exercer ses fonctions, sa motivation et son aptitude à assurer les missions dévolues au cadre d’emplois.

(durée totale de l’entretien : 20 minutes, dont 5 minutes au plus d’exposé ; coefficient 1)

CONCOURS INTERNE

A - L'épreuve d’admissibilité

1°) La rédaction d’une note à partir des éléments d’un dossier portant sur l’un des domaines suivants, au choix du candidat lors de son inscription :

a) Les finances, les budgets et l’intervention économique des collectivités territoriales ;
b) Le droit public en relation avec les missions des collectivités territoriales ;
c) L’action sanitaire et sociale des collectivités territoriales ;
d) Le droit civil en relation avec les missions des collectivités territoriales.

(durée 3 heures ; coefficient 1).

B - L'épreuve d’admission

1°) Un entretien ayant pour point de départ un exposé du candidat sur les acquis de son expérience et permettant au jury d’apprécier ses motivations et son aptitude à exercer les missions dévolues au cadre d’emplois.

(durée totale de l’entretien : 20 minutes, dont 5 minutes au plus d’exposé ; coefficient 1)

TROISIEME CONCOURS

A - L'épreuve d’admissibilité

1°) La rédaction d’une note à partir des éléments d’un dossier portant sur l’un des domaines suivants, au choix du candidat lors de son inscription :

a) Les finances, les budgets et l’intervention économique des collectivités territoriales ;
b) Le droit public en relation avec les missions des collectivités territoriales ;
c) L’action sanitaire et sociale des collectivités territoriales ;
d) Le droit civil en relation avec les missions des collectivités territoriales.

(durée 3 heures ; coefficient 1).

B - L'épreuve d’admission

1°) Un entretien ayant pour point de départ un exposé du candidat sur les acquis de son expérience, permettant au jury d’apprécier ses motivations et son aptitude à exercer les missions dévolues aux membres du cadre d’emplois ainsi que sa capacité à s’intégrer dans l’environnement professionnel.

(durée totale de l’entretien : 20 minutes, dont 5 minutes au plus d’exposé ; coefficient 1)