AdministrateurConcours

photodune-2043745-college-student-s

 

Décrets

Le statut particulier du cadre d'emplois des administrateurs territoriaux est fixé par le Décret n° 87-1097 du 30 décembre 1987.

Les modalités d'organisation des concours pour le recrutement des administrateurs territoriaux sont prévues par le Décret n° 2015-1490 du 16 novembre 2015.

 

Missions du cadre d'emploi

Les administrateurs territoriaux exercent leurs fonctions dans les services des régions, des départements, des communes de plus de 40 000 habitants, ainsi que des offices publics d’habitations à loyer modéré de plus de 10 000 logements. Ils peuvent également exercer leurs fonctions dans les établissements publics locaux dont les compétences, l’importance du budget, le nombre et la qualification des agents à encadrer permettent de les assimiler à une commune de plus  de 40 000 habitants.

Dans  les  collectivités  et  établissements  mentionnés  à  l’alinéa  précédent,  les administrateurs territoriaux sont chargés de préparer et de mettre en œuvre les décisions des autorités territoriales. Ils assurent des tâches de conception et d’encadrement. Ils peuvent se voir confier des missions, des études ou des fonctions comportant des responsabilités particulières, notamment dans les domaines administratif, financier, juridique, sanitaire et social ainsi que dans les domaines des ressources humaines, du développement économique, social et culturel.

Ils ont vocation à diriger ou à coordonner les activités de plusieurs bureaux, d’un service ou d’un groupe de services.

En outre, les administrateurs territoriaux peuvent occuper l’emploi de directeur général des services de communes de plus de 40 000 habitants ou diriger les services d’un établissement public local dont les compétences, l’importance du budget, le nombre et la qualification des agents à encadrer permettent de l’assimiler à une commune de plus de 40 000 habitants ; ils peuvent également occuper l’emploi de directeur général adjoint des services de communes de plus de 40 000 habitants ou établissements publics locaux assimilés à une commune de plus de 40 000 habitants dans les conditions précitées. Ils peuvent également occuper les emplois de directeur général des services ou de directeur général adjoint des services des mairies d’arrondissement ou de groupe d’arrondissements des communes de Lyon et de Marseille assimilés à des communes de plus de 40 000 habitants dans les conditions précitées.

 

Conditions d'accès

Le recrutement intervient après inscription sur la liste d’aptitude des candidats déclarés admis :

1°) à un concours externe ouvert aux candidats titulaires de l’un des diplômes requis pour se présenter au concours externe d’accès à l’École nationale d’administration (article 4 du décret n° 87-1097 du 30 décembre 1987 modifié portant statut particulier du cadre d’emplois des administrateurs territoriaux).

Aux termes de l’article 9 du décret n° 2002-50 du 10 janvier 2002 relatif aux conditions d’accès et aux régimes de formation à l’École nationale d’administration, les candidats au concours externe doivent être titulaires d’un diplôme national sanctionnant au moins 3 années d’études supérieures ou d’un autre titre ou diplôme classé au moins au niveau II.

2°) à un concours interne ouvert aux fonctionnaires et agents publics ainsi qu’aux agents en fonction dans une organisation internationale intergouvernementale. Les candidats doivent justifier, au 1er janvier de l’année du concours, de quatre ans au moins de services publics effectifs et être en activité le jour de la clôture des inscriptions.

3°) à un troisième concours ouvert aux candidats justifiant de l’exercice, pendant une durée de huit années au moins, d’une ou plusieurs activités professionnelles, d’un ou plusieurs mandats de membre d’une assemblée élue d’une collectivité territoriale ou d’une ou plusieurs activités accomplies en qualité de responsable d’une association.

Les activités professionnelles mentionnées ci-dessus doivent correspondre à des fonctions d’encadrement, de conception et de responsabilité dans les domaines administratif, financier, juridique, social, de gestion des ressources humaines, ou de développement économique, social et culturel.

La durée de ces activités ou mandats ne peut être prise en compte que si les intéressés n’avaient pas, lorsqu’ils les exerçaient, la qualité de fonctionnaire, de magistrat, de militaire ou d’agent public.

 

Les épreuves

CONCOURS EXTERNE

A - Les épreuves d’admissibilité

1°) Une composition portant sur un sujet d’économie. Un court dossier est mis à disposition des candidats.

(durée 5 heures ; coefficient 3).

2°) Une composition portant sur un sujet de droit public. Un court dossier est mis à disposition des candidats.

(durée 5 heures ; coefficient 3).

3°) Une note de synthèse et de propositions ayant pour objet de vérifier l'aptitude des candidats à l'analyse d'un dossier soulevant un problème d'organisation ou de gestion rencontré par une collectivité territoriale.

(durée : 4 heures ; coefficient 5)

4°) Une composition portant sur une question de la société contemporaine, devant permettre d'apprécier l'aptitude du candidat à exprimer, sur le sujet proposé, tant une analyse des faits et des événements qu'une interprétation personnelle et argumentée.

(durée : 5 heures ; coefficient 3)

5°) Une épreuve de finances publiques consistant en la rédaction de réponses synthétiques à des questions courtes pouvant être accompagnées de textes, graphiques ou tableaux statistiques à expliquer et commenter.

(durée : 3 heures ; coefficient 2)

B - Les épreuves d’admission

1°) Un entretien avec le jury, permettant d'apprécier le parcours et les réalisations du candidat, ses capacités d'analyse et de synthèse ainsi que sa motivation et sa capacité à exercer les missions dévolues aux membres du cadre d'emplois.

(durée : 30 minutes dont un exposé liminaire d'au plus dix minutes ; coefficient 5)

2°) Une épreuve de mise en situation professionnelle collective.

(durée : 45 minutes dont 30 minutes de mise en situation collective puis, individuellement, 15 minutes de compte rendu et d'échanges avec le jury ; coefficient 2)

3°) Une interrogation orale portant, au choix du candidat au moment de son inscription, sur l'une des deux matières suivantes : questions relatives à l'Union européenne ou questions sociales. Les candidats auront accès lors de la préparation, en fonction de la matière choisie, aux traités régissant l'Union européenne ou aux codes de l'action sociale et des familles, et du travail.

(durée : 30 minutes avec préparation de même durée ; coefficient : 3)

4°) Une interrogation orale portant sur le droit et la gestion des collectivités locales.

(durée : 30 minutes avec préparation de même durée ; coefficient 3)

5°) Une épreuve orale de langue vivante étrangère comportant la lecture et la traduction, sans dictionnaire, d'un texte suivies d'une conversation, dans l'une des langues étrangères suivantes, au choix du candidat : allemand, anglais, arabe moderne, espagnol ou italien.

(durée : 30 minutes avec préparation de même durée ; coefficient 2)

CONCOURS INTERNE

A - Les épreuves d’admissibilité

1°) Une note de synthès et de propositions, à partir d'un dossier, portant sur un sujet d'économie.

(durée 4 heures ; coefficient 3).

2°) Une note de synthèse et de propositions, à partir d'un dossier, portant sur un sujet de droit public.

(durée 4 heures ; coefficient 3).

3°) Une épreuve écrite de valorisation de l'expérience professionnelle consistant en la résolution d'un cas exposé dans un dossier et portant sur un problème d'organisation ou de gestion rencontré par une collectivité territoriale ou un établissement public local.

(durée : 4 heures ; coefficient 5)

4°) Une composition portant sur une question de la société contemporaine, devant permettre d'apprécier l'aptitude du candidat à exprimer, sur le sujet proposé, tant une analyse des faits et des événements qu'une interprétation personnelle et argumentée.

(durée : 5 heures ; coefficient 3)

5°) Une épreuve de finances publiques consistant en la rédaction de réponses synthétiques à des questions courtes pouvant être accompagnées de textes, graphiques ou tableaux statistiques à expliquer et commenter.

(durée : 3 heures ; coefficient 2)

B - Les épreuves d’admission

1°) Un entretien avec le jury, à partir d'un dossier présentant l'expérience professionnelle du candidat, permettant d'apprécier son parcours, ses réalisations, ses capacités d'analyse et de synthèse ainsi que sa motivation et sa capacité à exercer les missions dévolues aux membres du cadre d'emplois.

(durée : 30 minutes dont un exposé liminaire d'au plus de 10 minutes ; coefficient 5)

2°) Une épreuve de mise en situation professionnelle collective.

(durée : 45 minutes dont 30 minutes de mise en situation collective puis, individuellement, 15 minutes de compte rendu et d'échanges avec le jury ; coefficient 2)

3°) Une interrogation orale portant, au choix du candidat au moment de son inscription, sur l'une des deux matières suivantes : questions relatives à l'Union européenne ou questions sociales. Les candidats auront accès lors de la préparation, en fonction de la matière choisie, aux traités régissant l'Union européenne ou aux codes de l'action sociale et des familles, et du travail.

(durée : 30 minutes avec préparation de même durée ; coefficient : 3)

4°) Une interrogation orale portant sur le droit et la gestion des collectivités locales. Les candidats auront accès lors de la préparation au code général des collectivités territoriales.

(durée : 30 minutes avec préparation de même durée ; coefficient 3)

5°) Une épreuve orale facultative de langue vivante étrangère comportant la lecture et la traduction, sans dictionnaire, d'un texte suivies d'une conversation, dans l'une des langues étrangères suivantes, au choix du candidat : allemand, anglais, arabe moderne, espagnol ou italien. Seuls sont pris en compte pour l'admission les points au-dessus de la moyenne.

(durée : 30 minutes avec préparation de même durée ; coefficient 2)

TROISIEME CONCOURS

A - Les épreuves d’admissibilité

1°) Une note de synthès et de propositions, à partir d'un dossier, portant sur un sujet d'économie.

(durée 4 heures ; coefficient 3).

2°) Une note de synthèse et de propositions, à partir d'un dossier, portant sur un sujet de droit public.

(durée 4 heures ; coefficient 3).

3°) Une note de synthèse et de propositions ayant pour objet de vérifier l'aptitude des candidats à l'analyse d'un dossier soulevant un problème d'organisation ou de gestion rencontré par une collectivité territoriale.

(durée : 4 heures ; coefficient 5)

4°) Une composition portant sur une question de la société contemporaine, devant permettre d'apprécier l'aptitude du candidat à exprimer, sur le sujet proposé, tant une analyse des faits et des événements qu'une interprétation personnelle et argumentée.

(durée : 5 heures ; coefficient 3)

5°) Une épreuve de finances publiques consistant en la rédaction de réponses synthétiques à des questions courtes pouvant être accompagnées de textes, graphiques ou tableaux statistiques à expliquer et commenter.

(durée : 3 heures ; coefficient 2)

B - Les épreuves d’admission

1°) Un entretien avec le jury, à partir d'un dossier présentant l'expérience professionnelle du candidat, permettant d'apprécier son parcours, ses réalisations, ses capacités d'analyse et de synthèse ainsi que sa motivation et sa capacité à exercer les missions dévolues aux membres du cadre d'emplois .

(durée : 30 minutes dont un exposé liminaire d'au plus de 10 minutes ; coefficient 5)

2°) Une épreuve de mise en situation professionnelle collective.

(durée : 45 minutes dont trente minutes de mise en situation collective puis, individuellement, quinze minutes de compte rendu et d'échanges avec le jury ; coefficient 2)

3°) Une interrogation orale portant, au choix du candidat au moment de son inscription, sur l'une des matières suivantes : questions relatives à l'Union européenne, questions sociales ou questions relatives au droit et à la gestion des collectivités locales. Les candidats auront accès lors de la préparation, en fonction de la matière choisie, aux traités régissant l'Union européenne ou aux codes de l'action sociale et des familles, et du travail, ou au code général des collectivités territoriales.

(durée : 30 minutes avec préparation de même durée ; coefficient 3)

4°) Une épreuve orale facultative de langue vivante étrangère comportant la lecture et la traduction, sans dictionnaire, d'un texte suivies d'une conversation, dans l'une des langues étrangères suivantes, au choix du candidat : allemand, anglais, arabe moderne, espagnol ou italien. Seuls sont pris en compte pour l'admission les points au-dessus de la moyenne.

(durée : 30 minutes avec préparation de même durée ; coefficient 2)